Publication de la "Société des Lecteurs de Francis Ponge"

http://francisponge-slfp.ens-lyon.fr/

Rubrique : Historique des actualités

Rubrique : Expositions

 IMPRIMER

Images de l’exposition-dossier PASSEURS, au Centre Pompidou

Mis en ligne le 23 octobre 2016, par Marie Frisson

Voir en ligne : >>> Informations sur l’exposition sur le site du musée.



- Les images présentées ici ont été prises par Philippe Migeat et sont publiées avec l’aimable autorisation du Centre Pompidou, grâce à Anne Lemonnier, attachée de conservation au Cabinet d’art graphique, et Perrine Renaud, documentaliste attachée à la Photothèque des Collections/Service des Collections.
Elles ne sont pas destinées à être diffusées en dehors de cette page du site de la SLFP. Pour plus d’informations, contacter le Centre Pompidou.

- Crédits : (c) Centre Pompidou, MNAM-CCI/Philippe Migeat

Présentation de l’exposition par le Centre Pompidou

C’est la seconde exposition, dite "exposition-dossier", du Centre Pompidou consacrée à ces grands passeurs qui se sont intéressés aux œuvres et aux peintres. On retrouvera ici : Banham/ Breton, Césaire, Damisch, O. De Andrade, Gheerbrant, Giedion/ Jouffroy, Kandinsky au Bauhaus, R. Lebel, Ponge, Stein, Uhde.

Francis Ponge, 1899-1988 : Dans la « fabrique » des œuvres

C’est par Le Parti pris des choses, recueil de poèmes en prose paru en 1942, que Francis Ponge (1899-1988) se fait connaître. Ces textes, qui s’attachent à des objets aussi peu considérés que « Le cageot » ou « L’orange », forment les fondations d’une poétique nouvelle, qui marquera tout particulièrement l’avant-garde littéraire des années 1960 : dépouillant l’écriture de tous les poncifs, il s’agit de « donner la parole au monde muet ». De nombreux ouvrages suivront, parmi lesquels Proèmes (1948), La Rage de l’expression (1952) ou Le Savon (1967), auquel Ponge a travaillé vingt-cinq ans durant.

En parallèle de ce travail sur le langage, que Ponge considère comme un travail d’atelier, il réalise des études sur l’œuvre des peintres et sculpteurs de son temps, qu’il rencontre par l’intermédiaire de Jean Paulhan ou de Louise et Michel Leiris : Braque, Picasso, Fautrier, Dubuffet, Giacometti… Dans ces textes, sa réflexion sur la matière et celle sur le langage se trouvent tout naturellement mêlées ; c’est Braque, auquel Ponge est fraternellement lié, qui lui offre sans doute la plus claire formulation de leur commune démarche : « L’objet, c’est la poétique. »

Petite galerie de photographies

(c) Centre Pompidou, MNAM-CCI/Philippe Migeat

(c) Centre Pompidou, MNAM-CCI/Philippe Migeat

(c) Centre Pompidou, MNAM-CCI/Philippe Migeat

(c) Centre Pompidou, MNAM-CCI/Philippe Migeat

(c) Centre Pompidou, MNAM-CCI/Philippe Migeat

(c) Centre Pompidou, MNAM-CCI/Philippe Migeat

(c) Centre Pompidou, MNAM-CCI/Philippe Migeat

(c) Centre Pompidou, MNAM-CCI/Philippe Migeat

Le Centre Pompidou remercie Armande Ponge de son aide précieuse.

Contenus liés, Francis Ponge et Beaubourg

>>> Voir le manuscrit original Pour l’inauguration de Beaubourg sur notre site
>>> Voir l’article « L’éloge paradoxal dans L’Ecrit Beaubourg de Francis Ponge » par Mami Ayabe