SLFP - Francis Ponge Francis Ponge
Accueil > Historique des actualités > Expositions > Printemps 2016. L’OREILLE QUI TOMBE, Frédérique Nalbandian

Printemps 2016. L’OREILLE QUI TOMBE, Frédérique Nalbandian

Exposition du 13 février au 23 avril 2016.

Espace d’art Le Moulin
8, avenue Aristide Briand
83160 La Valette du Var
04 94 23 36 49
lemoulin@lavalette83.fr

Du mardi au vendredi de 15h00 à 18h00 / Le samedi de 14h30 à 18h30.

Trace est la publication qui caractérise les expositions d’art contemporain réalisées par l’Espace d’art Le Moulin de la Ville de La Valette-du-Var. Ce numéro de parution accompagne l’exposition L’OREILLE QUI TOMBE

EXTRAIT DU DOSSIER DE PRESSE :

Frédérique Nalbandian nous propose une recherche sur l’écoulement du temps, la pesanteur/apesanteur/chute, la gravité. Puis la blancheur, l’immanence de la matière, l’absence/silence du blanc, l’empreinte (moulage en négatif) et la mémoire. Sa première oreille est née en 3ème année de ses études à la Villa Arson, elle travaille le plâtre dès la 1ère année, le savon en 3ème année. L’oreille pour sa forme embryonnaire (rapport à l’origine, à la naissance, "conduit auditif//ombilical") l’interpelle et plus précisément, son conduit auditif au sens de l’entendement, de la compréhension du monde, de nous-même. Cette compréhension tellement complexe et difficile, voire improbable entre les hommes : "je n’y crois pas, en tous les cas pas avec le langage", dixit l’artiste.

Pour Frédérique Nalbandian : « Le mot CONDUITE n’est pas rien (exemple : sa conduite est exemplaire, il ou elle se conduit bien ou pas bien ...). Une conduite éthique et humaine serait belle (...) le savon pour une "toilette" intellectuelle" au sens pongien. Grâce à l’oreille, c’est la naissance du langage, de la communication, reste que l’homme l’exploite largement à des fins de pouvoir, d’autoritarisme, de sarcasme, avec lesquels j’ai beaucoup de mal d’un point de vue éthique et humain ... Car blessant. Les paroles tombent dans l’oreille, sont conduites, font traces avec l’eau ... Dans "L’oreille qui tombe", le savon "nettoierait", évacuerait par dissolution : les paroles disparaissent pour laisser place au silence, à la musique aux chants d’oiseaux. »

>>> Voir la présentation critique de C. Macchi citant Ponge sur le site du Centre National de Création Musicale

Mis en ligne le 12 mai 2016, par Marie Frisson