SLFP - Francis Ponge Francis Ponge
Accueil > La Recherche > RESSOURCES CRITIQUES > Présences médiatiques de Ponge. Vidéos de la sixième séance de (...)

Présences médiatiques de Ponge. Vidéos de la sixième séance de séminaire

Le mardi 28 mai 2019 a eu lieu salle des Actes, à la Sorbonne, la sixième séance du séminaire « La Fabrique pongienne », dirigé par Pauline Flepp et Benoît Auclerc - séminaire co-organisé par le labex OBVIL (Sorbonne Université) et l’équipe MARGE (Université Lyon 3).

Francis Ponge a rapidement pris conscience des moyens apportés par les médias en ce qui concerne les conditions de production et de diffusion des textes, et a su les utiliser pour faire connaître et diffuser son œuvre. Si, en 1946, il fait, non sans ironie, du poste de radio un objet de son observation poétique, parmi les nouveaux composants du quotidien [1], dans un texte non paru en 1946 qu’il lira à la radio en 1947 et en 1962 [2], il connaît l’expérience, en 1952, d’une première invitation à s’exprimer en tant que poète lors d’une émission radiophonique, en compagnie de deux poètes confirmés, Pierre Reverdy et André Breton. L’exercice a alors l’allure d’une "cooptation symbolique" [3] et marque une étape dans la notoriété publique de Francis Ponge. Par la suite, le poète se pliera volontiers à l’exercice, y trouvera une forme de stimulation, comme le montre le texte du Savon intégrant une partie d’un discours prononcé pour la Radio de Stuttgart, sans perdre de vue la finalité scripturale de sa recherche poétique.

Introduction par Pauline Flepp

Pierre-Marie Héron (Université Paul Valéry-Montpellier), dans son intervention intitulée "En vue du livre ? Ponge, Sollers et la forme de l’entretien-feuilleton à la radio", s’intéresse à la forme de l’entretien radiophonique et au dialogue de Ponge avec Sollers.

Pierre Samson et Sylvain Roumette sont également présents pour la présentation du film Francis Ponge ou un nouveau matin.

Pierre-Marie Héron est professeur à l’Université Paul Valéry-Montpellier, est notamment spécialiste du roman du XXe siècle. Ses travaux portent plus généralement sur les relations entre la littérature et les médias : il a notamment co-dirigé avec Marie Joqueviel-Bourjea et Céline Pardo, l’ouvrage Poésie sur les ondes : La voix des poètes-producteurs à la radio, aux Presses Universitaires de Rennes.

Pierre Samson est auteur-réalisateur. Ancien élève de l’IDHEC, il a fait une carrière de réalisateur volontairement étrangère à la fiction et toute entière consacrée au documentaire culturel, qui a lui valu de nombreux prix. Il a notamment réalisé des films sur Nicolas de Staël, Carpaccio, Lénine ou encore une série d’essais vidéographiques sur les cinq sens au titre très pongien : « Mot à mot : le dictionnaire imaginaire ». Un fil rouge dans tous ses films : il s’agit souvent de partir des mots, ainsi dans le film « Lénine par Lénine », qui est vraiment passionnant, votre parti pris est de mettre les textes de Lénine au premier plan, de partir de ses écrits ; de même dans votre film sur de Staël, où le de Staël peintre est vu au travers du Staël écrivain. Toujours un « compte tenu des mots ».

Sylvain Roumette est écrivain et réalisateur. Il a réalisé plusieurs documentaires culturelles, sur la peinture, le cinéma ou encore la photographie. Il a également réalisé des documentaires de société, notamment un documentaire intitulé « la photo de classe », qui reposait sur l’idée suivante : des élèves d’un lycée parisien se retrouvaient – et retrouvaient leur professeur de lettres - 20 ans après avoir été filmés dans le cadre d’une expérience de pédagogie « nouvelle ».

Sylvain Roumette a lui même commencé par être enseignant et, jeune agrégé de lettres, il avait été nommé au centre audio-visuel de l’ENS de Saint-Cloud pour mettre en œuvre, théoriquement et empiriquement, les liens entre le cinéma, la littérature et l’enseignement de la littérature.

Notes

[1 Francis Ponge, "La Radio", Pièces, Œuvres Complètes, tome I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », p. 748.

[2Notice de Pièces, op. cit., p. 1163.

[3Marie Doga, « Francis Ponge : trajectoire d’une reconnaissance littéraire tardive », COnTEXTES [En ligne], 17 | 2016, mis en ligne le 26 novembre 2016. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6191, § 10.

Mis en ligne le 28 mai 2020, par Marie Frisson